Skip to main content

Faits au sujet des vaccins de la petite enfance

Faits au sujet des vaccins de la petite enfance

Il est temps de rendre visite au médecin! Lisez pourquoi il est important de faire vacciner votre enfant selon le calendrier de vaccination prévu.

Helping Your Baby Through Teething Pains

Lisez pourquoi il est important de faire vacciner votre enfant selon le calendrier de vaccination prévu.

Certains parents estiment que les maladies comme la coqueluche, les oreillons, la rougeole ou la polio n’existent plus et que, par conséquent, celles-ci ne représentent plus un risque pour leurs enfants. Or, comme parent, il est important que vous en sachiez un peu plus au sujet de ces maladies – et des conséquences de la non-vaccination de vos enfants en bas âge.

TROIS MYTHES AU SUJET DE LA VACCINATION

MYTHE 1 : « Les maladies comme la variole, la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, les oreillons, la rougeole ou la polio ont été enrayées, alors mon enfant ne va pas les attraper. »

RÉALITÉ : Parmi ces maladies, une seule a été presque totalement enrayée, à l’échelle mondiale : la variole. Si de grandes populations d’enfants sont vaccinées contre plusieurs maladies, cela a l’avantage de rendre toutes ces infections rares, mais n’a pas pour effet d’éliminer totalement les « germes » qui en sont à l’origine.

Si beaucoup de parents ne faisaient pas vacciner leurs enfants, nous pourrions bientôt voir une résurgence de ces maladies infectieuses.

MYTHE 2 : « Si jamais mon enfant attrape une de ces maladies, il existe un remède nécessaire pour en guérir. »

RÉALITÉ : Malheureusement, ce ne sera pas possible, car il n’existe pas d’antibiotique spécifique contre la plupart des maladies citées plus haut. Il est bien plus sûr de prévenir l’apparition de ces maladies grâce aux vaccins.

MYTHE 3 : « Mon enfant va souffrir d’une sévère réaction, parce qu’on va lui injecter des virus! »

RÉALITÉ : Les vaccins ne contiennent pas des virus « dignes de ce nom », si l’on peut dire. Ils contiennent généralement des virus morts, des souches de virus affaiblis ou des portions d’organismes viraux. Certains vaccins peuvent causer de légères réactions – rarement sévères. En général, les risques associés à la vaccination sont minimes; ils sont moins grands que ceux auxquels votre enfant serait confronté s’il attrapait l’une de ces maladies.

Pour en apprendre davantage au sujet des vaccins recommandés aux enfants au Canada, veuillez consulter le site Web de la Société canadienne de pédiatrie : http ://www.cps.ca/fr.

SITUATIONS OÙ VOUS VOUDREZ UN SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POUR VOTRE ENFANT

Il se pourrait que certains de ces vaccins causent un léger inconfort ou une légère douleur. Le cas échéant, la Société canadienne de pédiatrie recommande d’administrer des gouttes d’acétaminophène telles que les gouttes concentrées TYLENOL® pour nourrissons aux bébés de moins de 23 mois – ou la suspension orale TYLENOL® pour enfants, dans le cas des enfants de 2 ans ou plus. Le médicament doit être donné au moment de la vaccination, puis après  4 heures. Ce traitement atténue la douleur due à la piqûre et aide à apaiser la fièvre... et les pleurs.

Un antipyrétique et analgésique aux saveurs préférées des enfants.

Obtenez une lecture précise de la température et calmez un enfant fiévreux.